[couverture de Linux Dossiers 2]
[couverture de Linux Magazine 41]

Introduction à la programmation en Perl (1/7)

Article publié dans Linux Magazine 41, juillet/août 2002. Repris dans Linux Dossiers 2 (avril/mai/juin 2004).

Copyright © 2002-2003 - Sylvain Lhullier.

[+ del.icio.us] [+ Developers Zone] [+ Bookmarks.fr] [Digg this] [+ My Yahoo!]

Ce document est généré à partir du source XML fourni par Sylvain à l'adresse http://sylvain.lhullier.org/publications/perl.html.

Chapeau

Voici un cours introductif à la programmation en Perl. Il est issu de la série d'articles que j'ai écrits pour GNU/Linux & Hurd Magazine France entre juillet 2002 et février 2003.

Ce langage très riche et puissant est une boîte à outils fort utile dans de nombreuses situations : administration système, manipulation de textes (mail, logs, linguistique, génétique), programmation réseau (CGI, mod_perl, etc), bases de données, interfaces graphiques etc. Ses nombreuses bibliothèques le rendent vite irremplaçable aux yeux de ceux qui en acquièrent la maîtrise. La prise en main du langage est facilitée par de nombreux rapprochements possibles avec le C, le shell ou awk. Sa conformité POSIX en fait un allié indispensable à l'administrateur système.

Introduction

Ce document a la délicate ambition de s'adresser à la fois au programmeur débutant et à celui qui connaîtrait bien le C ou le shell. Que le premier me pardonne de faire des comparaisons avec d'autres langages et de taire peut-être certains points qui me semblent évidents. Que le second m'excuse de passer à son goût trop de temps à expliquer des notions qui lui semblent simples ; les choses se corseront au fur et à mesure de la lecture ...

Le début du document aborde des notions importantes en Perl et nécessaires pour bien comprendre la suite. Vous serez sans doute un peu déçu de ne pas faire des choses extrêmement puissantes immédiatement, mais patience : qui veut aller loin ménage sa monture.

Pour vous mettre en appétit, voici un petit exemple de la concision de Perl et de sa puissance :

    my @r = qw(Un programme Perl est 5 fois plus rapide a ecrire);
    map { tr/A-Z/a-z/; s/\d//g; } @r;
    foreach (sort grep !/^$/, @r) { print "$_\n"; }

Ce programme créé une liste de mots (la phrase de la première ligne), transforme les majuscules de ces mots en minuscules, supprime les chiffres appartenant aux mots, supprime les mots vides et affiche la liste des mots ainsi transformés dans l'ordre lexical. Et dites-vous que vous aurez en main toutes les notions nécessaires avant la fin de la lecture du document ...

Perl est un langage de haut niveau, qui a la prétention de combiner les avantages de plusieurs autres langages. Première facilité, il gère lui même la mémoire (ramasse-miettes, pas de limite de buffers, pas d'allocation à faire etc). De plus, les tableaux, les listes et les tables de hachage sont natifs, ils sont intégrés à la grammaire même du langage. Récursivité, modularité, programmation objet, accès au système et au réseau, interface avec le C, avec (g)Tk, avec Apache sont aussi au menu. Et souvenez-vous que l'une des devises de Perl est : there is more than one way to do it (il y a plus d'une façon de le faire).

Premiers pas

Exécuter un programme en Perl

Il existe principalement deux types de langages : les langages compilés et les langages interprétés. Pour les premiers (on retrouve par exemple dans cette catégorie le C et le C++), il existe deux phases distinctes : la compilation des sources par un compilateur (gcc par exemple) puis l'exécution du programme ainsi obtenu par le système. Pour les seconds (les shells par exemple), il n'y a pas de phase de compilation, un interpréteur va lire le code et directement agir en fonction de celui-ci.

Perl est un langage à la fois interprété et compilé. Il n'y a pas de phase intermédiaire de compilation car l'interpréteur (qui se nomme perl en minuscules, alors que le langage prend une majuscule) compile le code sans que le programmeur ne s'en rende compte, puis l'exécute. L'interpréteur se charge donc à la fois de la compilation et de l'exécution.

Il existe trois façons distinctes de faire tourner un programme Perl :

Avant de continuer, quelques commentaires sur la syntaxe Perl. Excepté dans les chaînes de caractères, la présence ou l'absence d'espaces, de sauts de ligne ou de tabulations ne change pas le comportement du programme, l'indentation est libre. Comme on vient de le voir, une instruction Perl est terminée par un point-virgule. Les fonctions peuvent prendre leurs arguments entre parenthèses (comme en C) ; il faut aussi savoir que l'on peut se passer de ces parenthèses. On aurait pu écrire :

    print "Salut Larry\n";

Les deux syntaxes sont tout à fait valides. Dans les cas simples (appel d'une fonction avec un ou deux paramètres), on pourra omettre les parenthèses. Dans le cas de combinaisons plus complexes (plusieurs fonctions appelées en paramètre d'autres fonctions, listes en argument...), je vous conseille de les mettre pour lever toute ambiguïté possible.

Un commentaire commence par un dièse (#) et se termine en fin de ligne (comme en shell). On constitue un bloc d'instructions en les regroupant dans des accolades {} comme en C. Des exemples suivront.

Les types de données

Perl est un langage faiblement typé, ce qui signifie qu'une donnée n'aura pas spécialement de type : les nombres, les chaînes de caractères, les booléens etc seront tous des scalaires et ne seront différenciés que par leur valeur et par le contexte de leur utilisation.

Il existe principalement trois structures de données : les scalaires, les tableaux et les tables de hachage. Chaque structure de données est liée à un caractère spécial (lire la suite).

Un scalaire est une donnée atomique. Par exemple, ce pourrait être une chaîne de caractères (suite de caractères) ou un nombre (entier ou flottant). On verra plus tard que les références (c'est-à-dire les pointeurs de Perl) sont des scalaires, même s'ils sont un peu spéciaux. Les variables scalaires sont précédées d'un dollar ($) : $x est donc une variable scalaire.

Les tableaux permettent de stocker plusieurs scalaires en les indiçant. De la même façon qu'en C, on pourra demander le ième élément d'un tableau, i étant un entier. L'accès à un élément sera en temps constant, il ne dépendra pas de son indice dans le tableau. Les variables de type tableau sont précédées d'un arobase (@) : @t est donc une variable de type tableau. Lorsque l'on utilise la syntaxe @t, on désigne la totalité du tableau ; si nous voulons parler du ième élément, nous allons manipuler un scalaire, il faudra donc préfixer par un dollar : $t[4] est l'élément d'indice 4 dans le tableau @t, les crochets [] délimitant l'indice (nul besoin de mettre l'arobase, Perl sait grâce aux crochets qu'il s'agit d'un élément de tableau).

Une table de hachage en Perl est une structure de données permettant d'associer une chaîne de caractères à un scalaire ; on parle de clefs et de valeurs : une valeur est associée à une clef. Naturellement, dans une même table de hachage les clefs sont uniques ; les valeurs, par contre, peuvent être tout à fait quelconques. Les variables de type table de hachage sont précédées d'un caractère pourcent (%) : %h est donc une variable de type table de hachage. De la même façon que pour les tableaux, %h représente la totalité de la table de hachage ; accéder à un élément se fera avec un dollar : $h{uneclef} est l'élément de clef uneclef de la table de hachage %h, les accolades {} délimitant la clef. Fonctionnellement, on pourrait voir une table de hachage comme un tableau dont les indices peuvent être non-numériques.

Nous reviendrons sur ces types de données tout au long du document.

La notion de contexte

Chaque opération en Perl est évaluée dans un contexte spécifique. La façon dont l'opération se comportera peut dépendre de ce contexte. Il peut jouer un rôle important sur le type des opérandes d'une expression et/ou sur le type de sa valeur. Il existe deux contextes principaux : le contexte scalaire et le contexte de liste.

Par exemple, une affectation d'une expression à une variable de type scalaire évaluera cette expression dans un contexte scalaire ; de la même façon, une affectation à une variable de type liste évaluera le membre droit en contexte de liste. Autre exemple que je détaillerai un peu plus loin, les opérateurs de test imposent un contexte précis à leurs opérandes.

Certains opérateurs et fonctions savent dans quel contexte ils sont appelés et renvoient un scalaire ou une liste selon ce contexte d'appel. La fonction grep en est un bon exemple (nous verrons cela lorsque nous parlerons des listes). On peut forcer le contexte d'une expression au contexte scalaire en utilisant l'opérateur scalar().

Il existe plusieurs contextes scalaires : le contexte de chaînes de caractères, le contexte numérique et le contexte tolérant. Par exemple une addition impose un contexte numérique à ses deux opérandes ; cela signifie que les opérandes sont transformés en nombres quels que soient leur type et leur valeur (reste ensuite au programmeur à savoir ce que vaut une liste ou une chaîne quelconque en contexte scalaire...). Le contexte de chaînes est un contexte où, comme son nom l'indique, les scalaires seront considérés comme des chaînes de caractères. Le contexte tolérant n'est ni de chaînes ni numérique, il est simplement scalaire.

Il existe aussi un contexte vide (void context in english) qui correspond au fait que la valeur d'une expression est ignorée. C'est par exemple le contexte utilisé lorsque l'on appelle une fonction sans récupérer sa valeur de retour, comme l'appel à la fonction print dans la section précédente. Ce contexte n'apporte pas grand chose au programmeur, mais permet à l'interpréteur Perl appelé avec l'option -w de prévenir en cas d'usage d'une expression sans effet de bord en contexte vide (c'est-à-dire une expression qui ne fait rien et dont on ne se sert pas). Par exemple, la ligne d'instructions suivante :

    "Bonjour";

provoque le message suivant :

    Useless use of a constant in void context at prog.pl line 5.

Vous aurez l'occasion de manipuler les contextes tout au long de cette introduction au langage. Même si cela n'est pas forcément explicite à chaque instant, le contexte est souvent important.

Les scalaires

Les scalaires sont le type de données atomique de Perl, dit autrement un scalaire est une donnée atome. Cela signifie que la granularité de données ne va pas au delà.

Comme dit précédemment, une variable scalaire peut contenir une chaîne de caractères (String en Java et autres) ou un nombre (entier ou nombre à virgule flottante : int ou float en C, C++ etc) ; je ne rentrerai pas dans l'explication de ce "ou". Voici des exemples de scalaires corrects : 12 "texte" 'texte' -3.14 3e9

Contrairement au C où le caractère \0 de code ASCII 0 (zéro) est le marqueur de fin de chaîne, en Perl les chaînes de caractères peuvent sans souci contenir ce caractère : "a\0f" est une chaîne comportant 3 caractères. On aura donc aucun mal à traiter des fichiers binaires en Perl.

Les délimiteurs de chaînes de caractères

Les chaînes de caractères ont, comme en shell, principalement deux délimiteurs possibles : les doubles quotes (") et les simples quotes ('). Elles n'ont pas le même rôle :

Les nombres n'ont quant à eux pas besoin de délimiteurs pour être manipulés : $x = 10.2 affecte le nombre 10,2 à la variable $x.

Déclaration et utilisation des variables

En Perl, il n'est pas obligatoire de déclarer les variables. Par défaut, l'usage d'une variable la crée ; si c'est un scalaire, elle aura la valeur undef (lire plus loin) ; s'il s'agit d'une liste ou une table de hachage, elle sera vide.

Pour d'évidentes raisons de relecture et pour éviter des erreurs bêtes, je vous conseille de toujours déclarer vos variables avant de les utiliser (sauf peut-être dans le cas de scripts de quelques lignes). Pour déclarer une variable, il nous faut utiliser my :

    my $x;
    my $y = 10;
    my $z = "hello";

Nous venons ici de déclarer trois variables scalaires. Ces variables seront visibles (accessibles) dans toute la suite du bloc ainsi que dans les sous-blocs (comme en C) ; comme on s'y attend, elles ne le seront par contre pas dans les fonctions appelées depuis ces blocs. Le placement des déclarations est libre dans le bloc (comme en C++), il n'est pas nécessaire de les mettre en début de bloc.

Voici quelques exemples d'utilisation de variables (on suppose qu'elles sont déjà déclarées) :

    $x = $y + 3;
    $prenom = "Jules";
    $phrase = "Bonjour $prenom";
    print("$phrase\n");

Cette dernière ligne affichera à l'écran Bonjour Jules suivi d'un caractère de nouvelle ligne. Les habitués du shell noterons bien qu'une variable est toujours précédée de son dollar même si elle est à gauche d'un égal d'affectation.

La valeur undef

C'est une valeur particulière signifiant «non-défini». C'est aussi la valeur par défaut des variables scalaires non initialisées : my $x; est équivalent à my $x=undef; On peut affecter cette valeur à une variable après son initialisation : $x=undef; ou undef($x);

Si l'on veut tester qu'une variable scalaire vaut ou non undef, il faut utiliser la fonction defined : if(defined($x))... Ce test est vrai si $x est définie, c'est-à-dire si elle ne vaut pas undef. Une erreur classique est d'écrire : *incorrect* if($x!=undef) *incorrect* Ne surtout pas tenter de comparer une variable à undef, car cela ne fait pas ce qu'on attend.

La valeur undef est une valeur fausse pour les tests. Le test if( $x ) ... est faux si $x est non-définie. Mais comme on le verra plus tard, il est également faux si $x vaut 0 (zéro) ou bien la chaîne vide. Donc un test if( $x ) ... est potentiellement dangereux. Pour tester si une variable est définie, une seule bonne façon : if(defined($x))...

Opérateurs, fonctions et contexte numériques

Sur les nombres, les opérateurs classiques sont disponibles : + - / * % ; ce dernier opérateur % est le modulo, c'est-à-dire le reste de la division entière du premier opérande par le second. Notez que la division effectuée par l'opérateur / n'est pas une division entière mais une division réelle, cela même si ses opérandes sont entiers (2/3 vaut 0.6666...) ; si vous voulez effectuer une division entière, il vous faut tronquer le résultat de la division précédente avec int() : l'expression int($x/$y) vaut le quotient de la division entière de $x par $y.

Des raccourcis existent : += -= *= /= %=. Ces opérateurs sont à la fois une opération arithmétique et une affectation : $x+=3 est équivalent à $x=$x+3 mais en plus synthétique : on ajoute 3 à $x. L'instruction $y*=5 multiplie $y par 5.

Il existe aussi des auto-incrémenteurs et des auto-décrémenteurs : ++ et -- qui peuvent être placés avant ou après une variable : ils ajoutent ou déduisent 1 à cette variable. $x++ à le même effet que $x+=1 ou que $x=$x+1.

L'opérateur ** correspond à la puissance : 2**10 vaut 1024.

Les fonctions suivantes manipulent les nombres :

Voici quelques règles de conversion en contexte numérique. Les chaînes de caractères représentant exactement un nombre sont converties sans problème ; "30" + "12" vaut 42. Dans tous les autres cas (énumérés dans ce qui suit), l'option -w provoquera un message d'avertissement. Les scalaires commençant par un nombre sont converties en ce nombre : "34.2blabla" vaudra 34,2. Les autres valeurs scalaires (y compris undef) sont converties en 0. Conclusion : utilisez toujours l'option -w !

Opérateurs, fonctions et contexte de chaînes

Les chaînes de caractères ont aussi leurs opérateurs. Le point (.) permet de concaténer deux chaînes : l'instruction $x="bon"."jour" a pour effet d'affecter la chaîne "bonjour" à $x (pas de gestion de la mémoire à effectuer).

Cet opérateur est, entre autres cas, utile lorsque certaines parties de la chaîne sont les valeurs de retour de fonctions ; en effet, il suffit souvent d'utiliser les substitutions effectuées dans les chaînes délimitées par des doubles quotes pour concaténer deux chaînes.

L'opérateur x est la multiplication pour les chaînes de caractères : "bon"x3 vaut "bonbonbon". Fort sympathique ...

Les raccourcis suivant peuvent être utilisés : .= x= L'expression $x.=$y est équivalente à $x=$x.$y et concatène donc $y à la fin de $x.

Voici un certain nombre de fonctions utiles qui manipulent les chaînes de caractères :

En contexte de chaîne de caractères, undef vaut la chaîne vide ; l'option -w provoquera un message d'avertissement. Dans ce contexte, un nombre vaut la chaîne de sa représentation décimale.

Les opérateurs de test

Les booléens (type de données ayant pour seules valeurs vrai et faux) n'existent pas en tant que tels en Perl, on utilise les scalaires pour effectuer les test (comme C le fait avec les entiers). Il me faut donc préciser quelles sont les valeurs scalaires vraies et quelles sont les fausses.

Les valeurs fausses sont :

Toutes les autres valeurs sont vraies, par exemple : 1, -4.2, "blabla" etc. La plus originale est "00" qui vaut l'entier 0 dans les opérations numériques, mais qui est vraie ...

Il existe deux catégories d'opérateurs de test : ceux pour lesquels on impose un contexte numérique aux opérandes et ceux pour lesquels on impose un contexte de chaîne de caractères. Par exemple == teste l'égalité de deux nombres (contexte numérique) et eq teste l'égalité de deux chaînes (contexte de chaîne). ("02"=="2") est vrai alors que ("02" eq "2") est faux. La différence est encore plus flagrante pour les opérateurs d'infériorité et de supériorité ; < teste l'ordre entre nombres, lt teste l'ordre ASCII entre chaînes ; donc (9<12) est vrai alors que (9 lt 12) est faux car 9 est après 1 dans la table ASCII. Confondre ou mélanger ces deux types d'opérateurs est une erreur très courante que font les débutants, ainsi que les initiés qui ne font pas attention ... Sachez que l'option -w permet souvent de repérer ces situations.

Voici un tableau décrivant les opérateurs de tests :

contexte imposé numérique de chaînes
égalité == eq
différence != ne
infériorité < lt
supériorité > gt
inf ou égal <= le
sup ou égal >= ge
comparaison <=> cmp

Les opérateurs booléens classiques sont présents :

Il existe aussi les opérateurs and or et not. Ceux-ci ont la même table de vérité que les précédents, mais sont d'une priorité plus faible.

Les deux opérateurs cités à la dernière ligne du tableau ne sont pas des opérateurs de test mais des opérateurs de comparaison ; ils sont présents dans ce tableau en raison des similitudes qu'ils ont avec les opérateurs de test en ce qui concerne le contexte imposé aux opérandes. Ces opérateurs renvoient un nombre qui dépend de l'ordre entre leurs deux paramètres. L'expression ($x<=>$y) est :

Cet opérateur <=> est surnommé spaceship (vaisseau spatial en français) en raison de sa forme ;-) ... Pour l'opérateur cmp, la comparaison se fait sur l'ordre des chaînes selon la table ASCII. Ces opérateurs seront fort utiles lorsque nous parlerons de la fonction sort qui effectue le tri des listes.

Structures de contrôle

Ici nous allons apprendre à contrôler le flux des instructions en Perl. En effet un programme n'est pas qu'une simple suite d'instructions se déroulant linéairement une fois et une seule.

Il faut savoir que Perl (tout comme le C) permet d'indenter notre code comme bon nous semble, les exemples qui suivent comportent donc des choix personnels d'indentation qui peuvent diverger des vôtres.

Les instructions de test

Ces instructions permettent de conditionner l'exécution d'instructions à la valeur de vérité d'une expression. L'instruction la plus usitée est le if (si en français) qui a besoin d'une expression et d'un bloc d'instructions. Cette expression sera évaluée en contexte scalaire et servira de condition ; si elle est vérifiée, le bloc d'instructions sera exécuté.

    if( $x != 1 )
    {
       print "$x\n";
    }

Ce code Perl a pour effet d'afficher la variable $x si elle ne vaut pas 1. Plusieurs instructions peuvent être placées dans le bloc, elles seront alors toutes exécutées si la condition est vraie. Notez que les accolades ({}) sont obligatoires pour délimiter le bloc (contrairement au C).

Il est possible d'exécuter d'autres instructions dans le cas où la condition est fausse. On utilise pour cela l'opérateur else (sinon en français) qui, lui aussi, est suivi d'un bloc d'instructions :

    if( $x == $y )
    {
       print "\$x et \$y sont égaux\n";
    }
    else
    {
       print "\$x et \$y sont différents\n";
    }

Le fait que les accolades sont obligatoires a pour conséquence que le programme suivant est incorrect :

    if( condition1 )
    {
       instructions1
    }  
    else     # Attention ce code est incorrect
       if
       {
          instructions2
       }

Il faut en effet entourer le second if par des accolades comme ceci :

    if( condition1 )
    {
       instructions1
    }
    else
    {
       if( condition2 )
       {
          instructions2
       }
    }

Si le programmeur se sent des envies de devenir sylviculteur en plantant des forêts d'ifs, il faudrait donc qu'il utilise de multiples couples d'accolades. Pour ne pas rencontrer les mêmes problèmes que le Lisp en rencontre pour les parenthèses ;-), Perl met à notre disposition l'instruction elsif qui permet de cumuler le comportement d'un else et d'un if tout en faisant l'économie d'un couple d'accolades :

    if( condition1 ) 
    {
       instructions1
    }
    elsif( condition2 )
    {
       instructions2
    }
    else
    {
       instructions3
    }

L'instruction switch de C n'a pas d'équivalent direct en Perl ; il faut pour cela planter une forêt d'ifs, comme dans l'exemple précédent.

Mais Perl n'en reste pas là. Il existe une syntaxe très utilisée pour effectuer une unique instruction si une condition est vérifiée :

    instruction if( condition );

On parle ici de modificateur d'instruction. Pour cette syntaxe, les parenthèses sont optionnelles autour de la condition, mais je vous conseille de les mettre systématiquement pour une meilleure lisibilité. Le code suivant affiche la variable $s si elle est définie :

    print "$s\n" if( defined($s) );

On notera que cette syntaxe ne permet pas l'usage d'un else.

L'instruction unless a exactement le même rôle que le if, à la différence que les instructions seront effectuées si la condition est fausse (il est aussi moins dépaysant d'en faire des forêts). unless( expression ) est équivalent à if( !(expression) ) dans toutes les constructions précédemment citées.

Les boucles

Les boucles permettent d'exécuter plusieurs fois les mêmes instructions sans avoir à écrire plusieurs fois les mêmes lignes de code. Bien souvent nous avons besoin de modifier une variable à chaque étape ; dans ce cas nous utiliserons l'instruction for (pour en français) dont voici la syntaxe :

    for( initialisation; condition; increment )
    {
       instructions;
    }

La boucle for prend trois expressions entre parenthèses : la première expression permet d'initialiser la variable de boucle, la deuxième est une condition de continuation et la dernière permet de modifier la valeur de la variable de boucle.

Quand la boucle démarre, la variable est initialisée (expression 1) et le test est effectué (expression 2). Si cette condition est vérifiée, le bloc d'instructions est exécuté. Quand le bloc se termine, la variable est modifiée (expression 3) et le test est de nouveau effectué (expression 2). Si la condition est vérifiée, le bloc d'instructions est ré-exécuté avec la nouvelle valeur pour la variable de boucle.

Tant que le test reste vrai, le bloc d'instructions et l'expression de modification de la variable sont exécutés. À l'arrêt de la boucle, les instructions qui suivent la boucle sont exécutées.

L'exemple suivant affiche tous les entiers pairs de 0 à 20 inclus :

    for( my $i=0; $i<=20; $i+=2 )
    {
       print "$i\n";
    }

La boucle s'arrête lorsque $i vaut 22. Cette variable est déclarée dans le bloc d'initialisation et n'existe donc que dans la boucle. Notez qu'il est tout à fait possible d'utiliser une variable pré-existante comme variable de boucle (et donc de ne pas faire de my dans la partie initialisation) ; dans ce cas, après exécution de la boucle, la variable vaut la dernière valeur qui lui a été affectée au cours de la boucle.

Une autre boucle existe : la boucle while (tant que en français) dont voici la syntaxe :

    while( condition )
    {
       instructions;
    }

Les instructions sont effectuées tant que la condition est vraie. La partie initialisation doit avoir été effectuée avant la boucle ; la partie modification de la variable doit avoir lieu dans le bloc d'instructions.

L'exemple suivant affiche lui aussi les entiers pairs de 0 à 20 :

    my $i = 0;
    while( $i <= 20 )
    {
       print "$i\n";
       $i+=2;
    }

La seule différence entre les deux exemples est le fait que, dans le cas du while, la variable $i existe après la boucle.

Comme pour le if, certaines facilités sont offertes pour le while. Tout d'abord, la syntaxe suivante est correcte :

    instruction while( condition );

Elle permet d'exécuter plusieurs fois une instruction et une seule tant qu'une condition est vérifiée.

Ensuite, il existe une instruction until (jusqu'à en français) qui a la même syntaxe que le while mais qui demande une condition d'arrêt (comme unless pour if) : until(condition) est équivalent à while(!(condition))

Lors de l'exécution d'une boucle, il est fréquent de rencontrer des cas particuliers que l'on souhaiterait sauter ou pour lesquels on aimerait mettre fin à la boucle. Les instructions next, last et redo vont nous servir à cela dans les boucles for, while ou until.

L'instruction next (suivant en français) provoque la fin de l'exécution du bloc, le programme évalue directement l'incrément (dans le cas d'une boucle for) puis le test est effectué.

L'instruction last (dernier en français) provoque la fin de la boucle, ni l'incrément ni le test ne sont effectués.

L'instruction redo (refaire en français) provoque le redémarrage du bloc d'instructions sans que la condition ni l'incrémentation ne soient effectuées.

L'exemple suivant est une autre façon d'imprimer à l'écran les entiers pairs de 0 à 20 :

    my $i = -1;
    while( 1 )   # 1 est vrai
    {
       $i++;
       last if( $i > 20 );
       next if( $i%2 != 0 );
       print "$i\n";
    }

Dans le cas où l'on souhaite exécuter le bloc d'instruction une fois avant d'effectuer le test, on peut utiliser la syntaxe suivante :

    do
    {
       instruction;
    } while( condition );

Pour des raisons trop longues à exposer ici, il ne faut pas utiliser les instructions next, last et redo dans le cas de la boucle do while.

Nous verrons dans la suite qu'il existe une autre structure de boucle : foreach. Elle permet d'itérer sur les éléments d'une liste (notion que nous aborderons à cette occasion). Vous verrez alors qu'en Perl on utilise beaucoup le foreach et assez peu le for(;;).

Un exemple

Voici un petit exemple de programme Perl ; il n'est pas très utile dans la vie de tous les jours, mais il utilise beaucoup des notions abordées jusqu'ici. Si vous parvenez à comprendre tout ce qu'il fait, vous n'aurez pas perdu votre temps à le lire !

       1  #!/usr/bin/perl -w
       2  use strict;
       3  my $v ="##########";
       4  for( my $i=9; $i>0; $i-- )
       5  {
       6    print("$i impair\n")
       7      if( $i % 2 );
       8    print( "-"x$i . "\n")
       9      unless( $i % 3 );
      10   substr( $v, $i, 0 ) = $i;
      11 }
      12 print("$v\n");

Voici le détail du rôle des lignes :

L'affichage suivant est donc effectué :

    9 impair
    ---------
    7 impair
    ------
    5 impair
    3 impair
    ---
    1 impair
    #1#2#3#4#5#6#7#8#9#

Avez-vous tout compris ?

L'auteur

Sylvain Lhullier sylvain@lhullier.org http://sylvain.lhullier.org/

À l'Université de Marne-la-Vallée (http://www.univ-mlv.fr/), il est chargé chaque année d'un module complet d'enseignement en maîtrise informatique ; ce module porte sur des sujets tels que Perl, Perl/Tk, Perl/DBI, Apache, CGI/Perl et consiste en dix semaines d'un cours en amphithéatre et de trois travaux dirigés, ainsi qu'en un examen final et un projet.

Il a travaillé pour Linagora (http://www.linagora.com/) comme consultant formateur et développeur ; il intervenait principalement pour des projets et prestations concernant le développement (Perl, Java, C++, programmation système, PHP, Apache, MySQL, XML etc.).

Il a développé chez feue-Atrid des projets bâtis en Perl (LogTrend, Mioga) et publiés sous GPL.

Il a donné une conférence "Perl : pour quoi faire ?" lors du salon LinuxSolutions de janvier 2004.

Entre autres associations, il est membre et administrateur de l'association "Les Mongueurs de Perl" dont l'objet est de promouvoir le langage Perl en France par des réunions, des conférences etc (http://www.mongueurs.net/). Il y coordonne le groupe de travail "Articles" dont le but est de publier un article dans la presse francophone technique, notamment dans GNU/Linux & Hurd Magazine France (http://www.linuxmag-france.org/) chaque mois. L'auteur tient à remercier très chaleuseusement les autres membres de l'association pour leur aide, leur soutien et les relectures effectuées.

[IE7, par Dean Edwards] [Validation du HTML] [Validation du CSS]